mercredi 17 novembre 2021

L'aube du diable ~ Arnaud Zuck

 


Jeune prêtre charismatique au charme inimitable, l’abbé Henri Breger, est vénéré par ses fidèles. Avec son style moderne, il réveille, dans une presque idylle, la vie de la paroisse encore meurtrie par les récentes blessures de la guerre achevée une décennie auparavant. Mais… dans l’ombre de son dévouement, entre les prônes et les confessions, le rock’n’roll et les fêtes du village, le père Henri partage avec ses paroissiennes éperdues bien d’autres plaisirs.
Pris à son propre piège, l’abbé va s’acharner à étouffer un secret qui le dévore, susceptible de le conduire à sa perte… Il s’apprête à commettre l’horreur insoutenable, proche de le mener à l’échafaud.
 

 

Un immense merci aux Éditions Ex Æquo qui continue à me faire confiance en me proposant leurs nombreux titres !

Henri Breger, est un jeune prêtre vénéré par ses fidèles. Grand, beau, possédant une grande éloquence il arrive à charmer l’entièreté du village dans lequel il vient d’arriver. Mais ce séduisant homme de Dieu, fait bien plus que les séduire par la parole puisqu’il profite d’autres plaisirs avec les jeunes filles de la paroisse. N’hésitant pas à mentir et tromper pour arriver à ses fins. Malheureusement, les choses vont finir par le dépasser… Ira-t-il jusqu’au bout de son plan pour arranger les choses ?!

Je ne connaissais pas du tout l’histoire réelle cachée derrière ce roman, donc ce fut une totale découverte pour moi et j’ai vraiment adoré cette histoire glauque et bouleversante.
Notre jeune prête n’hésite pas à utiliser toutes les techniques pour séduire les jeunes ( et parfois moins jeunes) paroissiennes pour son propre plaisir ou pour ses besoins d’argent… J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce petit village où tout se sait très vite, où les cancans vont bon train, où l’on parle sur le dos de ses voisins, mais tout en continuant à se soumettre au prêtre pour garder ses bonnes grâces. Surtout que nous sommes dans une période d’après-guerre où l’église et la foi occupent une place primordiale dans la vie de ces gens.

Je ne sais pas si je suis la seule à être dans le cas, mais l’auteur à réussi grâce à sa plume et son écriture du récit à me faire aimer Henri Breger et d’avoir envie d’être de son côté alors que son attitude tout au long du roman est plus que discutable et complètement exécrable… Ce qui prouve que l’écriture et l’histoire sont vraiment bien écrites et développées.

Arnaud Zuck a vraiment bien réussi à retranscrire cette histoire en la faisant se développer crescendo. Sa plume fluide nous plonge dans ce récit historique et nous montre jusqu’où peut aller la perversité humaine.

  En bref, j’ai dévoré cette histoire glaçante !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le lapin de ma fille ~ Virginie Cailleau

  Dans le paisible Marais Poitevin, un individu épie la si parfaite famille Canterel… La femme de ménage de cette dernière se fait agresser...