dimanche 6 juin 2021

Un taxi pour Recouvrance ~ Jean-Michel Prima

 


Une enquête policière menée à l’ancienne par un flic cruciverbiste et son adjoint boutonneux.
On repêche de tout dans le port de Brest. Des bouts de ferraille sans avenir, des serpents de mer et des macchabées de la dernière marée. Une enquête débute…

Brest, ses cargos, ses matelots, ses bistrots et ses macchabées qui remontent à la surface de l’eau. Un éternel recommencement au rythme des marées et des comptes à régler. L’histoire relatée ici a fait couler beaucoup d’encre. Et un peu de sang aussi. Dans les tavernes de la rue de Siam, elle continue d’alimenter les conversations. De nourrir les fantasmes. Mais comme tout bon ragot de comptoir, elle est rigoureusement inauthentique. Le lecteur qui croirait reconnaître le perroquet Balthazar se trompe de perchoir. Celui qui croirait reconnaître la serveuse se trompe d’abreuvoir. Seules la pluie, les grues et les mouettes sont garanties d’origine. Bien sûr, il y a ceux qui continueront de douter. Ceux qui s’obstineront à chercher. Qu’ils sachent tout de même que d’autres ont enquêté avant eux… Brochu, flic vieille France en fin de carrière. Martineau, stagiaire fraîchement sorti de l’école de police et de la puberté.

Quoique dûment circonstancié et un tantinet sibyllin, leur rapport restera dans les annales criminelles comme un modèle de récit épique et poétique.

Journaliste indépendant, Jean-Michel Prima taquine l’écriture, noircit des carnets, griffonne des bouts de notes, collectionne des bribes d’histoires qui finissent… dans un tiroir. Et puis un jour, ça déborde. L’encre coule dans un flot libératoire. Un élan jubilatoire qui prend la forme du polar.

 

Un grand merci aux Editions Ex Aequo pour leur confiance

Le corps d’un homme est repêché dans le port de Brest. Celui-ci est retrouvé avec une balle dans la tête. Le commissaire Brochu et son adjoint Martineau sont sur le coup pour résoudre cette enquête.

Un taxi pour Recouvrance de Jean Michel Prima est le lauréat du prix Zadig 2020. C’est un prix qui permet de récompenser les meilleures nouvelles policières. Les auteurs doivent se démarquer devant un jury aguerri.
Cette nouvelle nous plonge en plein cœur de la ville de Brest où l’on découvre son port, ses bistrots, quelque-uns de ses habitants, … L’intrigue de base est assez classique puisque nous suivons des policiers qui tentent de résoudre le meurtre d’un homme. Et quand je dis classique, ça n’a rien de négatif !
Ne vous attendez pas à un roman bourré d’action parce qu’on est en face d’un roman d’ambiance qui nous fait découvrir la ville de Brest et ses habitants. On va suivre l’enquête depuis que le corps a été repêché jusqu’à la découverte du coupable. Le commissaire Brochu et son adjoint Martineau vont doucement suivre le fils rouge et remonter petit à petit jusqu’au meurtrier. J’ai beaucoup aimé suivre ces deux policiers atypiques dont les dialogues sont très agréables à lire voir même assez drôle avec des jeux de mots et des réparties intelligentes. Les dialogues apportent vraiment un plus à cette histoire. Couplé à une plume fluide et très agréable, on a affaire à une nouvelle très agréable à lire.
On va être confronté à des thèmes comme la précarité, les magouilles, la jalousie, la cupidité et l’amour.

Brochu est un policier vraiment particulier, il ne fait pas les choses comme tout le monde et n’hésite pas à donner de sa personne pour trouver des réponses. Il a des raisonnements qui peuvent partir dans tous les sens, il a un petit côté poétique et artiste. Bref, j’aime beaucoup ce personnage.
Martineau, on a envie de le plaindre. Faire équipe avec Brochu et son esprit particulier semble parfois compliqué…

En bref, une nouvelle policière qui nous plonge en plein cœur de Brest et qui nous fait suivre un duo de policiers particuliers !

 

 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Des baisers sucrés au miel, tome 1 : Un Millier d'abeille ~ Abel Assecq

  Mathieu est en couple avec Ben depuis un an. Pour avancer dans leur relation, Matt va devoir renoncer à la maison de son enfance. Rien d...